Week-end de course à Lédenon : la saison 2018 est lancée !

Week-end de course à Lédenon : la saison 2018 est lancée !

Mon challenge cette année, poursuivre ma progression vers une carrière de pilote professionnel, progresser toujours et encore en travaillant sans relâche,

Après une année 2017 qui m’a permis de signer un podium et de me classer 6ème de la 500 Cup Promosport, j’ai traversé l’intersaison au rythme d’un marathon de la route. Achat d’une nouvelle moto, une Yamaha R6, recherche de partenaires, préparation physique intensive, essais préliminaires en Espagne, travail sur la moto et le matériel de transport, je n’ai pas vu les semaines passer.
J’ai hâte d’en découdre, de retrouver l’adrénaline d’un week-end de course, les sensations uniques du pilotage en compétition. Me voici dans une nouvelle catégorie, la Coupe de France Promosport 600 cc avec une moto plus puissante que l’ année dernière, de nouveaux concurrents, l’envie d’être devant le plus vite possible. Première épreuve de la saison à Lédenon du 6 au 8 avril. Un circuit très technique, vallonné comme des montagnes russes. La piste présente deux particularités. D’une part, les pilotes tournent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. D’autre part, de nombreux virages se négocient à l’aveugle. Les repères pris pendant les séances d’essai se révèleront donc encore plus importants que sur d’autres tracés. Qu’importe. Nous serons tous à la même enseigne. L’important, travailler, apprendre, progresser à chaque séance d’essais puis en course !
Mon week-end ne débute pas comme prévu. Un pépin mécanique sur mon camion retarde mon départ de Saint-Malo. Je dois louer un autre véhicule et trouver une solution d’hébergement sur place. Rien de dramatique, juste un contretemps qui me fera manquer une précieuse journée d’essais libres. Ma motivation reste intacte.
Une fois sur place, je me rends compte que les tours non parcourus lors de la séance perdue me manqueront tout le week-end. Plus tu tournes, plus tu te sens en confiance, plus les chronos tombent. J‘aurais aimé rouler davantage avant les qualifications.  Pour le plaisir, pour l’efficacité. Je reste pourtant positif. La moto va bien. Je me sens à l’aise à son guidon. Je progresse de séance en séance et les temps s’améliorent. Petite déception, j’espérais que Gregory Leblanc, plusieurs fois vainqueur du Bol d’Or et des 24 Heures du Mans moto, me coacherait. Il est hélas indisponible ce week-end. Je devrai donc analyser mon travail sur la moto tout seul. Merci au président du moto-club qui s’efforcera de m’aider. Je me qualifie 26ème. J’ai fait beaucoup mieux l’an dernier dans la catégorie 500 mais je ne suis pas inquiet. Je sens une marge de progression importante.
Le réveil sonne. Nous sommes dimanche matin. L’heure de la première manche 2018 approche. Je suis en tenue, concentré, décidé à gagner des places dès les premiers virages. Le ciel s’assombrit. La pluie commence à tomber. Il faut changer les pneus, mettre des enveloppes pluie à la place des pneus sport. Je me charge de l’opération moi-même. Un ami a la gentillesse de m’accompagner mais il n’est pas mécano. Et là, déjà totalement concentré sur les premiers mètres de course, j’oublie un réglage de la suspension arrière. Je pars avec une moto inadaptée aux nouvelles conditions de piste. Une erreur que je saurai éviter à l’avenir si je me retrouve dans cette situation. Je paye l’omission au prix fort en chutant dans le premier tour. La moto glisse dans le bac à graviers. Le moteur continue à tourner sans être correctement lubrifié alors que la machine est sur le côté. Pas question de prendre le risque de le casser. Je n’ai pas de moto de réserve. Je ne disputerai pas la seconde manche l’après-midi. Le week-end est terminé. Nous remballons le matériel et reprenons la route de la Bretagne.
J’aurais naturellement aimé marquer des points d’entrée. Je reste toutefois positif et plus motivé que jamais. Ma moto me donne satisfaction. Je serai dans le coup cette saison. Il faut accepter un temps d’adaptation dans une nouvelle catégorie. Je travaillerai aussi fort qu’il faudra dans le but de me montrer compétitif.
Merci à mes partenaires de me soutenir, à ma famille, à mes amis et supporters de croire en moi, de m’encourager. Je ne vous décevrai pas. Rendez-vous les 5 et 6 mai prochains sur le circuit de Carole en région parisienne. J’aime cette piste technique. En 2017, j’y ai signé un podium (2ème). Alors, imaginez ma détermination cette année !
Baptiste Felgerolles
Merci:
Imprimerie Porcher, Clipper Café-Bistrot, WHO’S BACK Chambray-lès-Tours, WHO’S BACK Chateaugiron, WHO’S BACK Vitré, JA St Malo, @Maloconfort, Kalipub, Le Ponton Saint Malo, Le 109 club, François Dacher Bihr, MotoManiaque, Ouest-France Saint-Malo, Le Télégramme Saint-Malo, Le Pays Malouin, Thierry LE Bras, Café La Ptite, Crêperie Grand Mère Augustine, La Caraque, @café du théatre Dafy Moto Saint Malo, Cab d’Expertise Comptable Daniel Quiniou, Les Mélèzes, Stephane Turmel, SACIB, Le Dock – St Malo, Fondation Bleustein-Blanchet pour la vocation, Yamaha Motor, Serrurerie Martin, CAFPI – Saint Malo / Dinan,, Clodelys, @garage olivier. @ETA, Zarma, @Escoffier Péche Marc Guyot. RIDING SENSATION, @philippe penaud

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *